Avant même d’accepter un poste pour lequel vous avez un entretien de recrutement, vous tiquez déjà sur la fourchette salariale indiquée sur la fiche de poste. Alors, comment évoquer vos attentes salariales pendant un processus de recrutement, sans pour autant se faire recaler à l’entretien ? Quelques conseils pour y parvenir subtilement !

Les attentes salariales, un sujet pourtant essentiel

Au Canada, comme dans beaucoup de pays francophones, le sujet de la rémunération est plutôt tabou : difficile de caser pendant un entretien que vous voulez plus d’argent que ce que l’entreprise est prête à concéder. Alors, avant toute chose, faites le point sur quelques éléments importants :

  • Connaissez-vous la rémunération proposée pour un poste similaire au sein de cette entreprise ? Si oui, vous avez un levier de négociation, sinon, il faut vous renseigner
  • Connaissez-vous le chiffre d’affaires de l’entreprise et ses habitudes en matière de rémunération, notamment de primes, de 13e mois ou d’autres avantages sociaux ? Cela peut constituer un autre levier de négociation

Ensuite, il faut vous poser la question de vos propres attentes, même salariales et, plus particulièrement, ce sur quoi vous basez vos attentes :

  • Votre expérience dans un domaine connexe
  • Votre connaissance pointue d’un domaine
  • Vos postes passés dans des institutions ou des agences de conseil
  • Vos habitudes de rémunération

Dans les trois premiers cas, exprimer ses attentes salariales peut sembler naturels. En revanche, mettre en avant le quatrième cas comme explication de votre attente salariale n’est pas ce qu’il y a de plus subtil. Voici quelques conseils pour glisser vos attentes salariales sans fausse note.

Les pièges à éviter

En matière d’attente salariale, les entreprises ont une politique qui varie d’un établissement à l’autre. Mieux vaut donc vous préparer à quelques pièges pour pouvoir les déjouer le jour où la situation se présente.

La question piège (justement)

Vous êtes au cours de l’entretien, tout se passe à merveille. Et puis, voilà la question tant redoutée : « sinon, quelles sont vos prétentions salariales pour ce poste ? ». Certains seront tentés de répondre qu’ils n’en ont pas, d’autres de chiffrer immédiatement leur attente salariale.

Dans ce cas, il est préférable d’agir de manière raisonnée : vous êtes face à des recruteurs qui n’apprécieront pas de voir un potentiel employé avide d’argent, ou simplement non renseigné sur son futur poste. De même, quelqu’un d’indécis sur cette question pourra leur sembler moins pétillant pour un poste d’encadrement.

Par conséquent, la meilleure attitude à adopter, c’est encore de donner une fourchette de salaires indexée sur la pratique de l’entreprise, puis de donner votre préférence. Par exemple : « je sais qu’au sein de ce département, un chef de projet est payé entre 39,000 et 45,000$ selon son expérience, et au vu de mon CV, je pense pouvoir demander une rémunération dans la fourchette supérieure ». Voilà, le tour est joué !

L’entretien expédié

L’erreur la plus commune consiste à évoquer ses prétentions salariales dès le début de l’entretien, par exemple lorsque les recruteurs vous interrogent sur « qu’est-ce qui vous motive pour ce poste ? ». Attention à ne jamais répondre que c’est la rémunération ! C’est le meilleur moyen de vous faire mal voir et, pire encore, d’être congédié plus rapidement.

La question de l’attente salariale doit découler naturellement d’une conversation, soyez simplement subtil pour l’amener sur le tapis. Une fois, ça suffit. D’ailleurs, si vous l’avez déjà mentionné dans votre lettre de motivation, inutile de le rappeler au moment de l’entretien : les recruteurs en ont pris note. Seule possibilité : qu’ils vous testent avec la question piège. Soyez donc bien préparé !

Quelques conseils : anticipez, soyez subtil, mais ferme

Pour parler des attentes salariales, il vaut mieux être bien renseigné sur son sujet, aussi bien :

  • Sur les salaires de l’entreprise
  • Sur les salaires moyens pour ce type de poste
  • Sur la tendance du marché
  • Sur ce qui est valorisé au sein de l’entreprise

Cela peut apparaître sur votre CV ou votre lettre de motivation, mais il est mieux de garder vos prétentions pour un entretien de recrutement. Cependant, sachez affirmer vos attentes salariales sans rougir : un revirement, un changement d’avis ou un effacement pourrait passer pour de la lâcheté. Et attention, on parle toujours en brut.

En définitive, il n’est pas facile de parler de son attente salariale au cours d’un processus de recrutement, car les occasions pour le faire n’y sont pas toujours favorables. Par conséquent, si cela vous tient à cœur, préparez bien votre discours en la matière et sachez le faire subtilement ! En cas de doute, ou si le salaire ne vous convenait pas, rabattez-vous sur une négociation concernant les avantages proposés par l’entreprise.