En ces temps de plein emploi et de taux de chômage historiquement bas au Québec, il est plus difficile pour les entreprises de recruter les bons candidats que de peiner à trouver un poste. Les métiers des ressources humaines sont eux aussi concernés, notamment à cause des nombreux départs à la retraite que connaît et va connaître la province. Quels sont les métiers les plus en demande dans les ressources humaines au Québec ?

Métiers des ressources humaines : pénurie d’employés partout

Fin 2017 il était annoncé dans la presse québécoise que plus d’un demi-million d’emplois seraient à pourvoir d’ici 2019 au Québec, dont 20 % à Montréal et 19 % en Montérégie. Les métiers des ressources humaines sont concernés au même titre que d’autres. D’ici 2020 il est prévu 218 000 nouveaux postes à pourvoir dans la province rien que dans le domaine des technologies.

Pour y faire face, de nombreuses solutions sont déployées, comme :

  • des missions de recrutement à l’étranger organisées par les entreprises
  • des sollicitations toujours plus nombreuses aux nouveaux venus issus de la récente vague d’immigrants
  • des municipalités qui garantissent aux futurs citoyens un emploi, un logement gratuit pour la période de formation nécessaire, le remboursement des frais de déménagement et des cours de français
  • des « Fonds de séduction » pour financer les initiatives de recrutement
  • des billets d’avion aller-retour payés pour attirer des candidats à des entrevues

Les 5 à 7 sont également à privilégier pour la recherche d’un job dans les ressources humaines.

Fin février 2018 le gouvernement du Québec a tenu un salon du Recrutement en secrétariat, notamment pour faire face à une pénurie de secrétaires dans la fonction publique et plus particulièrement en ressources humaines (et dans le domaine juridique).

Les entreprises créent des compétences en métiers des ressources humaines

Signe d’une transition amorcée dans le domaine des ressources humaines, derrière les compétences les plus en demande que sont le titre de CRHA (Conseillers en ressources humaines agréés) et la connaissance de HRIS (« Human Resources Information System »), c’est la planification de la relève qui est recherchée en troisième position.

Autre phénomène associé à la pénurie de main d’œuvre qualifiée, les entreprises développent elles-mêmes leurs propres compétences en recrutement. Elles créent donc de plus en plus de postes de recruteuses et de recruteurs.

Certains restaurants asiatiques de la ville de Québec ont déclaré dans la presse avoir assigné une personne à temps plein rien que pour traiter les dossiers d’immigration. Ils ont aussi demandé au gouvernement plus de souplesse dans l’embauche d’immigrés devant une telle pénurie de main d’œuvre.

Si vous avez des compétences dans le recrutement et un bon réseau, n’hésitez pas à envoyer une offre spontanée aux entreprises les plus en demande de personnel, notamment en ciblant les secteurs qui recrutent le plus, comme par exemple :

  • les chauffeurs de camions
  • les entreprises minières
  • les entreprises maritimes (garde-côtes, etc.)
  • l’aéronautique

Métiers des ressources humaines : quels sont les niveaux de salaires ?

Sur le Guichet Emploi, les annonces de recruteuses et de recruteurs se multiplient, avec des salaires horaires affichés, en hausse, de 24 $ en moyenne. C’était plutôt de 19 $ à 21 $ de l’heure en moyenne jusqu’en 2017.

Certains domaines en particulier ont vu les demandes en métiers des ressources humaines exploser.

Le spécialiste de l’offre d’emploi en ligne Indeed a par exemple observé une hausse de 25 % dans le domaine des recruteurs en technologie pour 2017, et croit que ce chiffre augmentera en 2018. C’est en tête de file le domaine de l’aéronautique qui est le plus en demande avec les TI (technologies de l’information).

D’après Randstad, les postes de recruteurs en TI démarrent en moyenne à 50 000 $ par année et peuvent vite grimper à 80 000 $. Toujours selon le spécialiste Randstad, il y aurait à l’heure actuelle plus de 130 000 professionnels en poste dans les ressources humaines (RH) au Canada. L’augmentation de 3 925 emplois en RH au cours de la dernière année serait un signe d’une saine croissance explique le recruteur qui met en lumière les pénuries de main-d’œuvre en technologies, ingénierie et métiers spécialisés.

Les besoins en personnel de RH talentueux devraient donc encore s’accroître en 2018, en poursuivant la tendance actuelle.

Les métiers des ressources humaines en demande les mieux payés

Que certains postes soient difficiles à pourvoir par manque de candidats peut parfois s’expliquer à cause de salaires bas. Mais les demandes actuelles concernent aussi des postes aux salaires intéressants.

Par exemple, en 2017, la fonction de Directeur des ressources humaines était à la 5e place des métiers les plus en demande d’après le palmarès annuel Indeed. Avec une augmentation moyenne du pourcentage de postes affichés de 2014 à 2017 à 133 % et un nombre de postes proposés plus élevé que les 4 premiers du classement, un(e) Responsable des ressources humaines peut en outre compter sur un salaire médian de 106 497 $ par année au Québec selon Indeed et de plus de 96 000 $ en Amérique du nord selon Glassdoor.

Le site d’Emploi Québec indique de son côté comme salaires moyens horaires pour la période 2011 à 2016 :

  • 39,07 $ de l’heure pour la Direction des RH (croissance annuelle de 4,2 %)
  • 35,57 $ de l’heure pour les professionnels des RH (croissance annuelle de 5,7 %)
  • 26,75 $ de l’heure pour les agents de recrutement

Métiers des ressources humaines : les meilleurs employeurs du pays

Le salaire c’est important, mais il ne fait pas tout, l’environnement de travail l’est tout autant. Selon une récente enquête d’Indeed, les meilleurs employeurs du Canada comptent ainsi parmi eux 7 banques et institutions financières.

Les critères retenus pour interroger les employés étaient :

  • le bonheur
  • la rémunération
  • a sécurité d’emploi
  • la qualité de l’environnement
  • l’administration

Les deux employeurs québécois qui figurent parmi les 10 meilleurs employeurs au Canada sont la Financière Sun Life et Desjardins. Le haut du classement est tenu par la Banque royale du Canada (RBC), la Commission des transports de Toronto et TELUS Communications.