Si les machines ont tendance à remplacer peu à peu la main de l’homme, il n’empêche que ce dernier conserve la main sur un grand nombre de tâches, parfois répétitives. Pouvant mener à des maladies professionnelles comme la tendinite de l’épaule ou du poignet, il est important d’avoir une ergonomie de travail optimale, pour mener ses missions à bien. Quels en sont les principes fondamentaux ? On vous l’explique dans cet article !

L’ergonomie de travail : la clé pour des employés motivés

Pour les ressources humaines des entreprises, l’ergonomie est une méthode qui consiste à adapter le travail, les outils et l’environnement (de travail) à l’homme. En somme, ce qui est ergonomique est adapté au travailleur. Dans le milieu du travail, cela passe par la mise en place de dispositifs, à la fois de prévention et de bonne ergonomie.

L’ergonomie du poste de travail

Quand on parle d’ergonomie, on pense immédiatement à une chaise ergonomique, à un bureau ergonomique, en somme, d’objets adaptés à l’utilisation que l’homme souhaite en faire. C’est la même chose au travail : que l’employé soit manutentionnaire, ou un employé de bureau, les enjeux sont les mêmes, la performance.

Ainsi, le poste de travail doit être ergonomique au sens où il facilite le travail de l’employé :

  • Pas de fioriture, pas d’encombrement
  • Un aménagement pratique, propice à un rangement clair et optimisé

D’autre part, l’ergonomie de ces objets et matériaux sera essentielle pour le bien-être des employés. Par exemple, les hôtes et hôtesses de caisse sont installés toute la journée au même poste de travail, dans la même position : il faut un environnement de travail propice à une meilleure santé physique, qui permet d’éviter les maladies, comme :

  • Les tendinites, suite à des gestes répétés
  • Les crampes, suite à des mouvements identiques
  • Les maladies articulaires comme l’arthrite, dues à une surcharge de travail physique

Certaines professions y sont donc plus exposées que d’autres, mais il est préférable prévenir plutôt que de guérir.

Les conditions de travail

On sera plutôt ici sur un enjeu de santé publique, à la fois physique et morale, qui impactera le travailleur, mais aussi l’entreprise. En effet, il est essentiel de pouvoir se sentir bien au travail :

  • Dans un environnement sécurisé
  • Dans une atmosphère de confiance réciproque
  • Dans une communauté, où l’on se sent intégré

Ce sont des facteurs qui joueront énormément sur le « moral des troupes ». C’est pourquoi l’ergonomie au travail, cela regroupe aussi tout un ensemble de pratiques, d’attitudes non formelles et de méthodes, à la fois de management, mais aussi d’esprit d’entreprises :

  • Célébrations de réussites individuelles
  • Célébrations de réussites collectives
  • Organisation de temps d’échanges privilégiés
  • Aménagements possibles du temps de travail selon les contraintes de l’employé

Ainsi, on peut dire qu’une bonne ergonomie au travail peut être regroupée sous plusieurs principes fondamentaux.

Quels sont les principes fondamentaux ?

On résumera les principes fondamentaux d’une bonne ergonomie de travail sous les catégories suivantes :

  • Bonne conception et bon aménagement du poste de travail
  • Dispositifs correctifs de l’espace de travail
  • Mise en place de méthodes et de pratiques, propres à l’entreprise, pour favoriser la motivation des employés

Cela passe par :

  • L’ergonomie du poste de travail industriel
  • L’ergonomie du poste de travail de bureau
  • L’ergonomie du matériel utilisé

Ainsi, la prise en compte du bien-être, de la santé et du développement personnel au travail peut se mettre en place facilement, pour des relations de travail durables !

Ces principes fondamentaux  d’une bonne ergonomie au travail permettent aussi de faire des économies : pour rappel, les TMS (troubles musculo-squelettiques) sont responsables de 49% des arrêts maladie au Canada. Une prévention qui peut donc changer la donne !