Face aux conditions de travail souvent difficiles ou contraignantes, les entreprises sont obligées de revoir leur copie et de mettre en avant des solutions de bien-être au travail. À quoi cela correspond ? Est-il possible de concilier bien-être et productivité au travail ?

Qu’est-ce que le bien-être au travail ?

Le bien-être fait le lien avec deux choses, intimement liées par ailleurs :

  • Le bien-être physique
  • Le bien-être moral

Dans le premier cas, il s’agit d’avoir une bonne ergonomie de travail et les bons outils pour travailler. Dans le second cas, c’est bénéficier d’un ensemble de dispositifs qui font que l’on se sent bien au travail et dans son travail au quotidien.

Ainsi, le bien-être au travail se mesure avec des indicateurs clés, le principal étant la satisfaction des employés. Il peut s’agir de proposer une salle de repos pour des siestes express en début d’après-midi, d’avoir des bureaux open space confortables ou encore, des horaires flexibles avec la vie de chacun.

Quel rapport alors avec la productivité, ou la performance ? Il est très simple : comment se réalise la performance ? À travers le travail des employés. Des employés heureux sont donc des employés productifs !

Des solutions pour améliorer l’efficacité des employés

Ainsi, bien-être au travail et productivité semblent aller de pair, l’un influençant l’autre. Quelles solutions existent pour permettre de les rapprocher ?

Un management en faveur du bien-être

Le bien-être au travail, c’est aussi un état d’esprit : c’est donc aux managers et aux dirigeants de l’entreprise d’insuffler le vent de bien-être. Cela peut passer par :

  • Une renégociation des avantages salariaux
  • Une augmentation des avantages en nature
  • Une réorganisation du temps de travail
  • L’acceptation d’emplois du temps plus flexibles

Mais aussi :

  • L’adoption de « tendances », comme celle du pet-friendly, qui consiste à amener ses animaux au travail
  • La mise en place d’outils supplémentaires pour alléger les contraintes de travail, comme un espace de pause dédié aux fumeurs

Les solutions sont infinies. D’ailleurs, une attitude participative et collaborative permettrait de mettre tout le monde d’accord, et de mettre l’accent sur la cohésion de groupe, n’est-ce pas ?

Le bien-être dans l’environnement de travail

Et justement, l’ambiance de travail influe énormément sur le bien-être au travail : des managers frustrés, des collègues peu enjoués, cela peut vite démotiver les troupes. L’environnement de travail, c’est aussi tout un ensemble visible : les bureaux en eux-mêmes, le poste de travail, la cantine…

Ainsi, la décoration peut avoir une influence sur le bien-être au travail. Jouer sur des couleurs vives ou sobres, comme le blanc, et sur des décorations personnalisées, permet de créer un environnement favorable au bien-être. Adopter un « casual Friday », organiser des soirées festives, célébrer les évènements de vie marquants des employés, cela crée aussi une ambiance favorable à un travail productif.

Des opportunités et des débouchés : un esprit d’entreprise

Au-delà des conditions de travail, ce qui motive le plus les troupes, ce sont bien les opportunités ou les débouchés offerts au sein de l’entreprise. Le bien-être au travail, c’est donc aussi :

  • Bénéficier d’une reconnaissance, au quotidien, de son travail
  • De se voir proposer des opportunités de prise de responsabilités, de façon ponctuelle
  • D’avoir des missions diversifiées et revues au fur et à mesure

Donc, le bien-être au travail, c’est se sentir bien dans ses baskets, et avoir envie de s’investir plus encore pour les résultats de l’entreprise. Les deux sont-ils alors conciliables ? Tout à fait !

Et la performance dans tout ça ? Tous ces facteurs ont un impact certain sur la productivité des employés : en effet, selon une étude, près de 37% des Canadiens se déclarent insatisfaits de leurs conditions de travail, et 70% d’entre eux affirment être moins motivés par l’atteinte des objectifs. À l’inverse, les Canadiens se déclarant heureux dans leur entreprise et, à fortiori, dans leur travail se déclarent à 90% prêts à « donner plus pour l’entreprise ». Alors, prêt à changer pour le bien-être ?